Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tuilerie de Boussac

 

Celle-ci se trouve au lieu dit le domaine de L'Estansol au village de Boussac à la Thuillière

Elle dominait la rivière qui coule vingt mètres en contrebas après plusieurs recherches et grace à Samy Biscuit nous avons  pu enfin situer les ruines d'une des plus grandes tuileries d'Auzon fin dix huitième début dix neuvième siècle.

Mr Bonnaud venu d'Arfeuille en  Creuse avait créé cette tuilerie il est décédé aux environs de  1802.

Plan Napoléonien de 1806 à 1829

La tuilerie de Boussac
La tuilerie de Boussac

Après le décès de son père Charles Bonnaud  gère la tuilerie avec sa femme Catherine Achard et pendant une période avec son frère Pierre Bonnaud qui devra lui verser sur chaque journée la somme de 100frs sur la fabrication de tuiles et la moitié des recettes des autres produits pour le travail en commun.

 Charles en contrepartie s'engage à loger Pierre et à lui fournir les outils et le bois et le charbon pour cuire.De plus chaque année Pierre devra donner 35 décalitres de seigle.(Pierre Bonnaud sera tuilier jusqu'à sa mort en 1849 à 71 ans )

Sa femme Catherine décède en 1817 , puis en décembre 1826, Charles Bonnaud décède à son tour  et aucun des enfants n’a atteint la majorité à l’exception de Françoise devenue majeure à son 21e anniversaire le 2 octobre 1826.

Pour cette raison les enfants de Charles sont sous Tutelles.

En 1827 la fille ainée à 21 ans  révolu (Le Code civil napoléonien (1804) codifie le précédent décret, fixant la majorité civile à 21 ans pour les femmes 25 ans pour les hommes. ) et veut récupérer sa part,  une vente aux enchères a lieu en présence Mr Passemard tuteur des enfants mineurs.

Pendant une période  de 3 ans on ne sait pas si ou comment la tuilerie fonctionne .

En 1830 Paul enfin majeur récupère ses biens dont la tuilerie fait partie il  se  marie à Michèle Hostier de Gourdine en 1832.

Il exploite celle-ci  jusqu'en 1836 puis il quitte la tuilerie de Boussac pour reprendre une tuilerie à Palheirat commune d'Auzat sur Allier et met  en gérance son atelier  avec un bail de 3 ans jusqu'en 1839 à Mr Roche.

On retrouve un autre bail en 1854 mais les bâtiments sont en très mauvais états  à cette date il y a peu de chance que l'activité tuilerie continue .Il semblerait que les locaux aient servi d'abri aux bêtes.

On peut croire  en regard de ce qui a été présenté  à la vente aux enchères que cette tuilerie fut très prospère et la maison d'habitation que constituait  l'espace construit   fut très grande.

L'inventaire des meubles l'atteste.

Pour vous donner la taille de la briqueterie en 1830 voici quelques éléments lors de la  vente aux enchères des stocks.

6300 briques à 10Frs le Millier et 8000 milles tuiles creuses à 18frs le millier. salaire moyen d'un ouvrier étant de 5 FRS par jour de 12 heures en 1830 en regard des prix les tuiles et briques étaient vendus à perte.1centime la brique et 1.8 centimes la tuile si on compare avec les prix de la nourriture.

 

1/2 kg de pain de froment de 1e qualité

0,22

1/2 kg de pain de froment de 2e qualité

0,17

1/2 kg de pain de froment mêlé de seigle ou d'orge

0,13

1/2 kg de viande de qualité moyenne de boeuf

0,55

1/2 kg de viande de qualité moyenne de vache

0,55

1/2 kg de viande de qualité moyenne de mouton

0,60

1/2 kg de viande de qualité moyenne de veau

0,70

1/2 kg de viande de qualité moyenne de porc

0,70

 

 

Ce document a été réalisé grâce aux recherches de Mme Jacqueline Boudon de Boussac, de Raymond Caremier de Bournoncle,et aux documents des archives départementales de la Haute Loire et de la Mairie d'Auzon.

Le lieu

Au dessus des gorges du Say dans un couloir venteux de nord-Est à Sud-Ouest

La tuilerie de Boussac

Les ruines des batiments

La tuilerie de Boussac
La tuilerie de Boussac
La tuilerie de Boussac
La tuilerie de Boussac
La tuilerie de Boussac
La tuilerie de Boussac

La fosse de préparation

L'extraction et la préparation de l'argile

On extrait l'argile à la pioche et à la pelle durant l'hiver dans des carrières à ciel ouvert. Cette terre est acheminée à la tuilerie-briqueterie par tombereaux, où elle est déchargée en tas et laissée à l'air libre jusqu'à son utilisation.

À la belle saison, on jette l'argile dans une fosse ou une cuve, où elle est étendue d'eau (50 à 100 litres par mètre cube de terre) ; elle est ensuite foulée aux pieds et à la pelle ou par des animaux pendant quatre à cinq heures pour en faire une pâte que l'on laisse reposer une journée. En général, cette pâte est composée d'un mélange de terres de diverses origines, aux qualités différentes : caractère non gélif, résistance à la cuisson. Le mélange est choisi en fonction des objets à produire.

La tuilerie de Boussac

Quelques produits  en terre cuites qui étaient fabriqués sur ce site.

La tuilerie de Boussac
La tuilerie de Boussac
La tuilerie de Boussac
La tuilerie de Boussac

Sur les plans réalisés par l'instituteur Brignon en 1885  on aperçoit toujours la tuilerie mais fonctionnait elle encore nous n'avons aucun élément depuis 1854

La tuilerie de Boussac
La tuilerie de Boussac

Plan Napoléonien de 1829

La tuilerie de Boussac

Acte de décès de Pierre Bonnaud Tuilier à Auzon

La tuilerie de Boussac

Les documents présentés appartiennent en majorité à la commune d'Auzon

Quelques documents tels que le plan de l' instituteur Brignon et acte de décès de Pierre Bonnaud proviennent des archives départementales de la Haute Loire.

 

 

A voir également

Tag(s) : #Ancien métier, #Auzon, #Patrimoine, #Tuileries, #histoire
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :