Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour compléter l'article sur l'eau dans notre village nous allons aborder la Source Sainte Vérène.

Comme vous avez pu le voir lors de l'article précédent l'eau potable dans le village était rare .

Suite à l'absence d'eau dans le bac ces derniers jours nous avons dû vérifier toute la conduite afin de trouver où celle-ci était bouchée.

Lors de nos recherches nous avons eu la grande surprise de trouver un canal bâti avec le fond dallé en pierres ou taillé dans le rocher, dans ce canal il y a un tuyau en fonte celui qui emmène l'eau actuellement mais il n'en a pas toujours été ainsi.

Comme nous vous l'avons  dit l'eau potable était précieuse, on peut imaginer qu'aux temps anciens  on allait chercher l'eau à la source et qu'il y avait un sentier qui arpentait la côte, pour rappel il y a seulement cinquante  ans ce n'étaient que des prés et des jardins et il y avait un passage à gué vers le Godarel.

Mais avec le temps les besoins d'eau sont devenus plus importants et il fallait donner à boire aux bêtes donc il a été fait un canal et un aqueduc pour approvisionner au plus près les villageois et les bêtes. Le bac se situait dans un pré qui était en face de l'ancienne école de fille .(Maison à Mr Andraud)

Mais quand le département a construit le mur de soutènement pour faire la route le bac et la fontaine ont été déplacés à l'endroit ou il se trouve actuellement.

Mais revenons à l'acheminement de l'eau donc celle-ci coulait dans le caniveau et celui-ci  était couvert de grosses pierres plates il en reste seulement quatre  toutefois on vient d'en découvrir sous le mur de soutien de la rue des figuiers que nous sommes entrain de refaire

Sur l'aqueduc le canal était couvert également avec des Lauzes elles ont fini dans le Godarel dans les année soixante  par une personne à qui on  avait demandée de nettoyer le canal et qui n'a pas su apprécier le travail architectural qui avait été réalisé à l'époque.

Le fait de couvrir le canal évitait les éboulements de terre et l'évaporation de l'eau mais celle-ci n'était pas des plus limpides car la terre et les racines passaient au travers des joints de pierres

Lors de nos travaux nous avons trouvé des vestiges de tuyaux en terre cuite émaillés à l'intérieur nous pensons que c'est la phase suivante car cela permettait d'avoir de l'eau plus propre.

Éléments supplémentaires de recherche les briques qui ont servi à caler le tuyau en fonte  sont des briques Sabatier tuilerie de Chappes administrateur de l'entreprise. en 1878.(a voir lors du prochain article sur la tuilerie de Chappes)

Mais comme avec le canal les faibles longueurs de tuyaux et les nombreux joints à la chaux favorisaient  l'intrusion des racines et les cheveux qui se formaient dans les tuyaux empêchait l'eau de descendre.

Au dix-neuvième siècle on a pu produire les tuyaux en fonte en grande longueur et en série pour faciliter l'arrivée de l'eau et sont  encore présents sur le site  aujourd'hui.

Sainte Vérène

Sous le règne de l'empereur Dioclétien (284-305), deux légions thébaines furent envoyées en Europe pour renforcer la défense de la route militaire qui allait de la Ligurie à Cologne.

Plusieurs chrétiens membres de ces légions furent martyrisés pour avoir refusé de massacrer leurs coreligionnaires et de sacrifier aux dieux païens : parmi eux, saint Maurice, saint Félix, sainte Régula et saint Exuperantius sont toujours très vénérés en Suisse.

Véréna, dont le nom signifie «fruit de Thèbes » était la fille unique d'une noble famille thébaine ; elle fut baptisée et élevée dans la foi chrétienne par un évêque du nom de Chaeremon.

Proche parente de plusieurs membres de la légion thébaine envoyée en Europe, elle les rejoignit et partit avec eux pour leur apporter son assistance.

Après leur martyre, elle vécut en ermite, pratiquant l'ascèse et accueillant les pauvres et les malades, en particulier les lépreux, qu'elle soignait et guérissait.

Son activité apostolique et sa popularité lui valurent quelques jours d'emprisonnement, au cours desquels saint Maurice, son cousin, lui apparut pour la réconforter Elle reprit ensuite sa vie d'ermite et de thaumaturge, et reçut avant son départ vers le ciel la visite de la Vierge Marie.

Elle est patronne de la ville de Zurzach et les lieux de culte qui lui sont dédiés sont nombreux en Suisse, où elle est très populaire.

On la représente avec une cruche et un double peigne de type égyptien, symbole de ses activités charitables; c'est ainsi qu'elle apparaît sur les armes de la ville de Staffa, dans le canton de Zurich.


 

Servante :

Véréna est caractérisée par sa tenue de servante, rouge et blanche comme celle des diacres, avec la ceinture bleue nouée autour de la taille en signe de service et aussi de consécration virginale.

Elle porte les outils du service : l'antique peigne égyptien, la cruche qui lui permet de soigner et de désaltérer les blessés de la vie.

Mais de sa main droite, Véréna tient fermement la croix : à travers les pauvres et les malades, c'est le Christ souffrant qu'elle sert.

Car cette femme célèbre pour le rayonnement de sa charité est avant tout une contemplative : son visage pétri de compassion reflète la lumière divine qui l'anime, et son regard, tout intériorisé, est brûlant d'amour.

« Tout ce que vous faites au plus petit d'entre les miens, c'est à moi que vous le faites » : cette parole du Christ est l'explication de la vie de Véréna.

A l'aube du IVe siècle, cette femme apparaît comme une figure prophétique récapitulant divers charismes de l'Eglise : appartenant au temps des martyrs, toute proche d'eux par sa parenté et sa vocation à les suivre dans leur exil, elle-même persécutée pour sa foi, elle annonce aussi déjà le temps des ascètes, ces « martyrs blancs » qui consacreront leur vie entière à Dieu dans la solitude  ; elle est également un prototype de la charité évangélique dans le service des pauvres, thaumaturge par ses miracles, et enfin missionnaire par son activité et son rayonnement apostolique loin de sa terre natale.

Lien du texte ci-dessus:

http://eocf.free.fr/icone_verena.htm

Cette source a été citée en 1370

En regard de ce que nous venons de dire il nous semblerait normal que cette source et son aqueduc soient mis en valeur nous n'avons fait que des suppositions nous n'avons pas pu dater les ouvrages d'art mais par respect du travail des anciens et parce que la source  a été sanctifiée et connue depuis le 14ème siècle nous nous devons de  préserver et d'entretenir ce travail en ce lieu chargé d'histoire et de croyance.

Sainte Vérène est célèbre pour le rayonnement de sa charité et bien à nous habitants du village d'en faire autant en préservant et en mettant en valeur ce lieu.

Quelques photos autour de la source et des travaux en cours pour remettre en service et la valoriser

La source Sainte Vérène
La source Sainte Vérène
La source Sainte Vérène
La source Sainte Vérène
La source Sainte Vérène
La source Sainte Vérène
La source Sainte Vérène
La source Sainte Vérène
La source Sainte Vérène
La source Sainte Vérène
La source Sainte Vérène
La source Sainte Vérène

Article précédent

Tag(s) : #Patrimoine, #Puits, #Travaux, #sources
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :